L’infographie de la semaine : favoriser la mémorisation (partie 1)

Bonjour à tous ! Pour les deux prochaines semaines, nous allons voir ensemble les conseils des auteurs de Neurolearning pour favoriser la mémorisation.

Pour Nadia Medjad, Philippe Gil et Philippe Lacroix, pour bien mémoriser, il faut répéter, répéter, et encore répéter. Cependant, il ne faut pas répéter n’importe comment. De plus, ces répétitions doivent avoir une certaine répartition dans le temps si l’on veut que la mémorisation soit durable.

Cette semaine, nous allons nous concentrer sur la question : « comment répéter », et la semaine nous aborderons la question « quand répéter ».

Varier le type de répétitions

Varier le type de répétition

Si je vous dis « 1515 », il est fort probable que la plupart d’entre vous pense à « Marignan ».

Mais si je vous demande maintenant de me rappeler à quoi correspond cette date précisément ? Un traité, une bataille ? Qui est concerné ? Il a fort à parier que la plupart d’entre vous ne se souvienne plus.

Pour favoriser la mémorisation, il faut varier les répétitions. En se contentant de répéter « 1515, Marignan », vous n’avez mémorisé que cette information. Or, Marignan, ce n’est pas qu’une date ! C’est une bataille remportée par le royaume de France sur le duché de Milan, qui a eu un fort impact politique, culturel et territorial.

Plus on varie les répétitions, et plus on ancre l’apprentissage de façon solide. De plus, cela nous donne plusieurs façons de nous rappeler cet apprentissage. C’est un peu comme si vous connaissiez plusieurs routes pour vous rendre à un endroit. Plus vous connaissez de routes, et plus vous avez de chances d’arriver à votre destination, et ce, peu importe où vous vous trouvez.

Voici quelques exemples pour varier les répétitions :

  • faire des questions différentes sur le même sujet
  • réaliser des cartes mentales
  • faire un QCM, puis un texte à trous, puis essayer de relister tout ce qu’on sait sur une feuille blanche,
  • essayer de dessiner certains éléments
  • faire des mimes
  • traduire en une autre langue
  • essayer d’expliquer ce que l’on veut retenir à quelqu’un

Vous avez d’autres idées ? Notez les dans les commentaires !

Intercaler les sujets

intercaler les sujets

Imaginez-vous en train de réviser le bac ou le brevet des collèges. Vous avez plusieurs matières à travailler pour obtenir votre diplôme. Est-ce qu’il vaut mieux travailler une seul matière à la fois, ou est-ce qu’il vaut mieux alterner régulièrement entre les différents sujets ?

Pour favoriser la mémorisation à long terme il vaut mieux alterner les sujets régulièrement. Au début, l’effort que l’on doit fournir pour mémoriser est plus grand, mais à terme la mémorisation sera plus robuste.

Donc si vous utilisez cette méthode de travail appelée interleaving, persévérez même si cela vous semble perturbant au début, et vous verrez que votre mémorisation sera meilleure.

Susciter l’effort de récupération

susciter l'effort de récupération

Vous voulez apprendre une langue étrangère ? Faites cette expérience !

Créez deux listes de mots. Pour la première, contentez vous de la lire régulièrement. Pour la seconde, en revanche, essayez de vous rappelez du vocabulaire avant de la relire. À la fin de la semaine, demandez à quelqu’un de vous interroger sur les deux listes en mélangeant les mots. Lesquels avez-vous le mieux retenu ?

Il y a de fortes chances que les mots de la seconde liste soient mieux ancrés. En effet, vous avez fourni un effort pour les mémoriser, vous vous êtes concentré, vous avez été actif. Et plus on fournit d’effort, plus la mémorisation est efficace.

La mémoire, c’est comme un muscle, si vous voulez qu’elle se développe il faut la faire travailler.

Écrire à la main plutôt que de taper au clavier

écrire à la main plutôt que de taper au clavier

Aviez-vous l’habitude de faire des fiches pour réviser vos cours ? Si oui, en écrivant cette fiche, vous faisiez déjà un effort de mémorisation. En effet, écrire est plus efficace que de taper au clavier en ce qui concerne la mémorisation.

Si vous aimez dessiner, ou que vous appréciez faire des cartes mentales, lancez-vous : ce sont également de bonnes solutions pour mémoriser efficacement.

En formation, pourquoi ne pas proposer aux apprenants de faire un pictionnary pour les aider à mémoriser ? Cela permettra également de susciter de l’intérêt en proposant un jeu, et donc de doper le duo sensations-émotions (voir cet article) qui est une aide précieuse pour la mémorisation.

Pour finir : l’infographie

S’il n’y avait qu’une chose à retenir sur cet article dédié à la mémorisation, ce serait la suivante : pour mémoriser, il faut faire des efforts.

Je ne parle pas ici d’efforts dans le sens scolaire (« doit faire des efforts »). Si vous prenez une feuille blanche, un stylo, et que vous essayez de vous remémorer cette fameuse bataille de Marignan, ce n’est pas grave si, après quelques minutes la seule chose d’écrite est « 1515 ». Vous avez essayé de retrouver ces informations, et cet effort est suffisant pour vous aider à progresser. En regardant vos notes après avoir fait cet effort, vous enregistrerez déjà de nouvelles choses.

N’oubliez pas que l’apprentissage se fait par essais-erreurs.

Je vous laisse avec l’infographie de la semaine, et on se retrouve jeudi prochain pour la seconde partie de cet article, dans laquelle nous aborderons la question suivante : « quand répéter ? »

infographie de la semaine ; favoriser la mémorisation
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *